7 juin 2016

Professionnalisation

 

Définition d’une offre de formation professionnelle du métier de FMer

 

Cette recherche porte sur l’identification des besoins et des réponses formatives existantes en soutien de l’émergence du métier de FMer.

Elle pose la question des contenus, moyens et démarches contribuant la création d’une offre de formation avec des méthodes et pour des niveaux adaptés à ce nouveau métier.

Le contexte de la recherche

Les filières d’activités qui conduisent des entreprises sur le terrain du FM sont diverses et contrastées. La composition du SYPEMI en témoigne. Le syndicat patronal rassemble des entreprises (et filiales) de l’énergie, de la construction, de la propreté ou de la restauration.

Le pari du Consortium et de la revendication même d’un positionnement de ces entreprises sur le « global FM » consiste à offrir des réponses intégrées sur l’ensemble des activités multi techniques et multi services aux habitants et aux immeubles offrant des espaces de travail. Cette ambition n’est pas soutenue à ce jour par un corpus de connaissances professionnelles susceptible d’organiser et proposer des cursus de formation. Ce besoin existe prioritairement pour les entreprises du FM (vers une « Université du FM »), mais il intéresse également les entreprises bénéficiaires (donneurs d’ordres) co productrices de la valeur économique recherchée.

 Les objectifs de la recherche

Utilisateurs, FMers, aménageurs, propriétaires, syndicalistes, managers ont besoins de référents, de doctrine professionnelle, de savoir consolidés, d’outils et de protocoles méthodologiques pour faire de l’espace une ressource pour les utilisateurs. Les enjeux de cet axe de R&D formation sont :

  • Capitaliser et contribuer à la mise en forme des savoirs, connaissances, acquis, outils et méthodologies produites par l’ensemble des recherches mises en œuvre par le Consortium.
  • Identifier au-delà les éléments de connaissances disponibles, les recherches, les travaux existants susceptibles de contribuer à des cursus adaptés.
  • Procéder à une analyse des besoins formatifs exprimés par les parties prenantes.
  • Repérer (état des lieux, inventaire) les éléments de réponses plus ou moins intégrées existantes dans les entreprises et les institutions de formation et d’enseignement.

Un premier cahier des charges

Outre une mise en perspective des offres déjà existantes autour et à proximité du FM, l’objectif est de promouvoir et de mettre en œuvre (négocier concrètement des pilotes avec une ou plusieurs écoles ou universités) les conditions d’élaboration de contenus et de faisabilité de constitution d’une filière de formations professionnelles.

Cette recherche s’adossera dans un premier temps sur les développements des différents axes de recherche du CRDIA. La démarche aura pour finalité de mettre en chantier :

  • Une filière de formation professionnelle pour les œuvrants (par exemple : une certification de qualification professionnelle inter-branches (CQPI).
  • Un diplôme universitaire Master Professionnel 1 et 2 pour les managers du FM, mêlant des étudiants en formation initiale et continue, visant à former conjointement des responsables « environnement du travail » des DO et des responsables des FMers aux spécificités du FM global.

L’hypothèse d’un dispositif multi acteurs associant la profession, le Consortium de Recherche de l’Ile Adam, des donneurs d’ordres, des établissements de formation ou d’enseignement.

Tout en réservant la recherche d’appui sur des institutions publiques en charge de la formation professionnelle (dont les Régions), sur des organisations consulaires et des partenaires privés, un dispositif de montage de « prototypes » sera mis en œuvre par une coopération tripartite entre la profession (des entreprises et leurs représentants intéressés), les « producteurs » de savoirs codifiés et des experts des sciences de l’éducation et de la formation, des institutions d’enseignement.

Un investissement simultané sur les contenus, les acteurs et les dispositifs

Conformément à la démarche générale de recherche intervention, il s’agira de mener en parallèle :

  • la réflexion et le recueil des connaissances sur les contenus
  • la conception et l’expérimentation d’un ou plusieurs cursus de formation selon des méthodes pédagogiques elles-mêmes revisitées ((alternance, utilisation de supports numériques, mentoring…).

Au-delà d’un recueil/inventaire, de l’analyse de besoins, il s’agira de constituer un « écosystème » formatif adapté, multi acteurs, et de mettre en œuvre à l’horizon de deux à trois ans, un ou plusieurs pilotes de formations.

Ébauche de programmation des prochaines étapes de la recherche

S’agissant d’un axe transverse devant se nourrir des autres axes de R&D du Consortium, le travail opérationnel sera lancé dans un second temps, à l’aune de l’avancement des enjeux de maîtrise de l’offre d’environnement de travail dynamique et intégré, de l’innovation en matière de contrat, d’innovation servicielle et du déploiement de la recherche sur l’instrumentation de l’évaluation de la valeur servicielle. Trois étapes indicatives seront alors à déployer :

A ) Identifier et mettre en visibilité les analyses de besoins et les réponses existantes en matière de formation à l’initiative :

  • des entreprises de FM,
  • des instances et organismes associés aux différents « métiers » parties prenantes du FM,
  • des entreprises clientes (ou donneurs d’ordres),
  • des établissements et institutions de formation.

Ce faisant, il s’agira de constituer un milieu innovateur en capacité de construire des réponses formatives adaptées.

B ) Monter l’architecture et documenter progressivement un corpus de savoirs sous la forme d’un référentiel constitué de :

  • monographies de pratiques ou de situations d’entreprises,
  • recueil et analyse de supports instrumentaux (contrats, outils de contrôle de gestion, définitions de besoins, calculs de coûts, analyse du business model),
  • Recueil et analyse de données relatives au métier émergent du FM (techniques, informatisation, données sociologiques, instrumentations de gestion…).

Ce faisant, il s’agira de constituer un corpus de pratiques et supports contribuant à un « label social » du métier de FM : pratiques de gestion RH, statuts, dimensions juridiques, formes et qualité des emplois, relations de sous-traitance, déontologie et chartes….

C ) Lancement de prototypes de formation, expérimentation et évaluation

Prototypage et test sur un panel d’entreprises, d’institutions et de publics (formation initiale et continue), de formations pour des niveaux techniciens et/ou cadres et experts.

Analyse des impacts, ajustement des contenus et des méthodes, approche marketing du marché afférant.